Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Before Sunrise

Publié le par Lulu Cineaddict

Before Sunrise

Before Sunrise c’est histoire d’une rencontre. Celle de Jesse et Céline. Ils font connaissance dans un train et s’entendent si bien qu’ils décident de s’arrêter à Vienne. Chacun doit reprendre son voyage et se séparer le lendemain matin. Vont-ils se laisser une chance ?

Le premier volet de la trilogie des Before est magnifiquement porté par Ethan Hawke et Julie Delpy. On est pris dans leur histoire et ils sont fantastiques. On veut de suite en savoir plus sur eux. Les conversations sont profondes et on se pose tout de long la question de savoir s’il vont continuer. L’alchimie est vraiment au rendez-vous. L’histoire est magnifiquement habillée par la nuit et les rues de Vienne. Bref, c’est romantique à souhait et on adore. On se projette sur la suite et l’avenir des protagonistes. À découvrir.

Bande-Annonce :

Partager cet article
Repost0

L’ombre de Staline

Publié le par Lulu Cineaddict

L’ombre de Staline

L’Ombre de Staline raconte l’histoire de Gareth Jones, conseiller politique gallois qui après avoir interviewé Hitler, souhaite à tout prix rencontrer Staline car il veut en savoir plus sur ce que cache sa réussite. Pour ce faire il va devoir aller jusqu’à Moscou puis en Ukraine où il va rencontrer l’horreur de la famine, l’holodomor. Une découverte qui va avoir un impact sur sa vie entière pour faire valoir la vérité cachée.

Un film fondamental à l’importance capitale pour un devoir de mémoire nécessaire. Agnieszka Holland fait fort. On est bouleversé par l’histoire de Gareth Jones qui n’a de cesse de filer droit en parfait gentleman en mettant sa vie en péril. On est marqué par son poème préféré et surtout par le chant des enfants qui chantent que leur voisin perd la tête et qui nous hantent. Son opiniâtreté plait. Le film aborde pour la première fois l’holodomor, qui a été reconnu comme un crime contre l’humanité par le Parlement Européen il y a très peu de temps, seulement en 2008. Ne jamais oublier que le régime de Staline a conduit à plus de vingt millions de morts en épuisant les ressources des paysans et en faisant fortune sur leur dos.  Il fallait faire le film quitte à déplaire à certains. Le problème de la liberté de la presse est intelligemment traité. Les décors et les costumes sont de grande qualité James Norton et Vanessa Kirby épatent et montrent qu’ils peuvent aller très loin dans leur jeu et on se fera un plaisir de les suivre dans leurs projets passés et à venir.

Bande-Annonce :

Partager cet article
Repost0

Nous, les chiens

Publié le par Lulu Cineaddict

Nous, les chiens

Nous, les chiens, c’est l’histoire de Moongchi, abandonné par son maître et qui va faire la connaissance d’autres chiens abandonnés dans un endroit où l’on pense qu’il y a trop de chiens errants . Traqués ils décident d’aller à un endroit nommé le paradis des chiens. Le chemin jusque là s’annonce périlleux. 

Le film est une vraie réussite car il permet de sensibiliser le public à la condition animale d’une façon originale. Le scénario rend justice à la cause. Les dessins sont adorables et plus particulièrement ceux des personnages de Moongchi et Tori. J’ai moins adhéré au choix des couleurs des chiens qui auraient pu être plus naturelles. Mettre un chien bleu et un chien rose n’est peut-être pas l’idéal. Ceci dit l’histoire du chien rose abandonné malade, brise le coeur. Les moments riches en émotions sont à foison.

Bande-Annonce :

Publié dans NousLesChiens, Animation, cinema

Partager cet article
Repost0

Radioactive

Publié le par Lulu Cineaddict

Radioactive

Ça y est les cinémas sont à nouveau ouverts ! Quel bonheur ! Je n’étais pas rassurée mais j’ai pu voir Radioactive et ce ne fut que du bonheur !

 Radioactive, c’est l’histoire de Marie et Pierre Curie, l’histoire de leurs travaux sur le radium et de la découverte de la radioactivité et de ses conséquences. Le film est passionnant ! Quelle histoire que la vie de Marie Curie ! Elle est incarnée brillamment par Rosamund Pike qui étonne toujours depuis Gone Girl. Sam Riley est formidable aussi et apporte un côté très moderne à son Pierre Curie. Ça fait plaisir de le retrouver dans un rôle qui le met bien en valeur. Lui qui avait explosé dans Control. Un acteur au top, dont on parle trop peu. Ce qui est intéressant c’est de mettre les choses à plat et de se rendre compte de la controverse de la radioactivité qui a permis une telle avancée sur le plan médical tout en étant en même temps un des plus grands dangers pour l’homme. C’est fou. L’histoire de Marie et Pierre Curie est belle et va loin quand on songe que de leur amour est née leur fille Irène qui n’a pas manqué de talent non plus. Rendre hommage à leur couple, il fallait le faire. De beaux esprits brillants ! La scène de la danse et celle de Marie face au futur m'ont marquées particulièrement.

Bande-Annonce :

Partager cet article
Repost0

Le Seigneur de l’anneau : La communauté de l’anneau

Publié le par Lulu Cineaddict

Le Seigneur de l’anneau : La communauté de l’anneau

La communauté de l’anneau est le premier volet de la saga du Seigneur des anneaux. On y suit les aventures de Frodon, chargé d’aller détruire un anneau maléfique dans le Mordor avant que Sauron ne s’en empare. Pour ce faire, il va se créer la communauté de l’anneau pour faire face à Saroumane sous l’emprise de Sauron qui va créer son armée d’Orques pour mettre la main sur l’anneau. Malgré les difficultés, Frodon n’a pas dit son dernier mot.

Dans ce premier volet, on tombe sous le charme de la beauté de la comté et de ses décors idylliques et on adore retrouver son esprit d’aventure à travers les personnages de Bilbon et Gandalf. Il y a le charme d’Aragorn qui opère par sa justesse et puis sa belle histoire avec Arwen. Viggo Mortensen est magnifique. Frodon a une très belle amitié à toutes épreuves avec Sam et Pippin. Le périple effectué par la communauté vaut le coup d’œil et le film a très bien vieilli malgré le temps qui a passé depuis sa sortie en salle. Un exploit . Le film bénéficie du meilleur des effets spéciaux et occupe une place très chère dans notre cœur. Tout le casting parfait en impose sans qu’il n’y est d’exception. Vive la fantaisie et l’imagination ! Vive Cul-de-sac ! Peter Jackson rend un superbe hommage à l’univers créé par Tolkien ! 

Bande-Annonce :

Partager cet article
Repost0

Blade Runner

Publié le par Lulu Cineaddict

 Blade Runner

À Los Angeles, en 2019, Un ancien policier, blade runner, reprend du service pour traquer des répliquants, humanoïdes qui veulent plus de vie et sont à la recherche de leur créateur pour lui demander plus de vie. Decker est le plus doué dans son domaine mais il risque bien d’être chamboulé par sa rencontre avec Rachel.

Le film reste stupéfiant des années après et il est intéressant de se demander quelle serait la vision de Ridley Scott de 2019 en 1982. Le film a très bien vieilli. Au final le personnage de Deckard reste assez mystérieux et brutal. Rutger Hauer et Daryl Hannah sont fantastiques et bien flippants en somme. Il y a de la folie. Les Rôles de filles barrées vont très bien à Hannah qui casse les codes pour un rôle encore très moderne. Sean Young apporte étrangement beaucoup d’humanité dans son rôle. Le rôle de Rachel est magnifique.

Le rôle de Batty est violent mais désarçonne en une ultime réplique. Quand il dit : J’ai vu tant de choses que vous humains ne pourriez pas croire (...) tous ces moments se perdront dans l’oubli, comme les larmes dans la pluie. Il est temps de mourir. Ces mots résonnent encore en moi et d’autant plus que nous avons perdu l’acteur Rutger Hauer, il y a peu, en 2019. Une chose est sûre Hauer ne tombera jamais dans l’oubli et mérite le visionnage du film. Il y est incroyable.

J’avais vu Blade Runner 2049 avant de voir l’original. Maintenant, j’ai envie de voir le film de Villeneuve,en ayant eu le recul necessaire mais les films ont un univers tellement intéressant et travaillé qu’ils mérite une attention particulière et juste. On adore le générique de fin de Vangelis.

Bande-Annonce :

Partager cet article
Repost0

Max et les ferrailleurs

Publié le par Lulu Cineaddict

Max et les ferrailleurs

Max et les ferrailleurs c’est l’histoire d’un ancien juge d’instruction devenu policier par désir de justice. Il va être emmené sur une affaire d’hold- up insolvable qui va lui faire perdre la raison. Il va mener dans un piège une bande de malfrats qui est en quelques sortes menée par Lily, une prostituée, et se faire prendre à son propre jeu, basculer.

Le duo Piccoli et Schneider refait merveille comme dans Les Choses De La Vie. Le personnage de Max surprend par son côté malsain, comme dans la scène où il prend Lily en photo dans la salle de bain. Il y a la façon dont il fait germer l’idée du coup dans les esprits. De la grande manipulation. La fin prend tout de même une tournure quelque peu inattendue et marque les esprits. Un grand film, brillamment orchestré. De l’orfèvrerie.

Bande-Annonce :

Partager cet article
Repost0

Moonlight

Publié le par Lulu Cineaddict

Moonlight

Moonlight, c’est l’histoire de Chiron à travers trois périodes, enfant, adolescent, adulte. Chiron vit dans un quartier pauvre de Miami avec une mère droguée qui se moque de ses manières efféminées, sans père pour lui donner ses repères. Sa vie va être bouleversée par sa rencontre avec Juan et Teresa, soucieux de son sort. 
L’histoire de Chiron bouleverse car au départ il s’agirait du parcours d’un enfant sans défense et en danger, jusqu’à ce Juan, un dealer, le protège et devienne sa deuxième famille. Sous ses grands défauts Juan va devenir tout ce qui est de plus proche d’un père, lui donner un point de repli vis à vis de sa mère qui ne lui montrera que tardivement qu’elle l’aime. C’est Juan qui lui apprendra à nager, Teresa à faire un vrai lit bien comme il faut. Il peut compter sur l’amitié de Kevin qui va prendre les tournures d’une relation amoureuse jusqu’au jour où tout va basculer à cause d’un grave incident et parce que Chiron va devoir s’affirmer, sans Juan, décédé, et qu’il va faire des choix qui ne le mèneront pas sur le meilleur des chemins. 
On est sonné par l’histoire du film qui bouleverse vraiment. Tous les acteurs sont magnifiques même si la violence est bel et bien présente. On aime le côté positif de Juan joué par l’incroyable Mahershala Ali (de Green Book). C’est un plaisir de voir Janelle Monáe jouer, elle aussi douée pour la comédie que pour le chant. On l’adore. La découverte que j’ai faite, est celle de Andre Holland et de son sourire ravageur, que je compte bien revoir dans la série The Eddy. La scène du jukebox avec la musique de Barbara Lewis (Hello Stranger) est inoubliable et celle de la déclaration de Chiron à Kevin sonne comme un cri du cœur unique et transpersant.

Bande-Annonce :

Partager cet article
Repost0

Hugo Cabret

Publié le par Lulu Cineaddict

Hugo Cabret

Hugo Cabret raconte le destin d’un enfant qui cherche à tout prix une clé manquante permettant de remonter l’automate qui est le seul objet qui le lie encore à son père décédé. Il ère dans la gare de Paris où il connaît tous les recoins à la recherche de pièces qu’il chaparde à un marchand. Tout va changer lorsqu’il va faire la rencontre d’Isabella.

Le petit chef d’oeuvre de Martin Scorsese. Il ne faut choisir qu’un film du réalisateur, c’est celui-ci. Il y a tellement d'émotions là-dedans. Les décors sont somptueux. Je n’ai pas vu le film en 3D mais ce n’est pas grave du tout. Il n’en perd pas de sa superbe. Ben Kingsley est génial lors de ses affrontements verbaux avec Asa Butterfield (qui est une crème lui aussi, tellement prometteur). Kingsley fait pleurer après la scène de l’armoire. Et puis l’automate transmet tellement d’émotion que ça en est stupéfiant ! Comment une machine peut-elle être aussi émouvante ? La reconstitution des décors pour le film de Georges Méliès est fascinante et tout le bleu fait rêver et est très propice à la magie. C’est un tellement bel hommage aux balbutiements du cinéma. C’est précieux ! Et puis ça pose la question de se trouver un but dans la vie. C’est très profond. Nous on aime quand Scorsese nous parle d’art. C’est le thème qui lui va le mieux comme quand il parle musique avec les Stones dans Shine a Light. Et puis pour Scorsese, la leçon que j’ai retenue de lui est que ma clé du bonheur consiste en ne se tenant pas trop loin du cinéma et ce n’est pas moi que le contredirai avec tout ce que cela m’apporte. Tellement d’émotions ! Tellement de joie ! Vive le cinéma ! 

Bande-Annonce :

Partager cet article
Repost0

At Eternity’s Gate

Publié le par Lulu Cineaddict

At Eternity’s Gate

At Eternity’s Gate raconte les hauts et les bas de la santé mentale de Vincent Van Gogh et comment il se débrouilla dans la pauvreté pour laisser libre court à son art.

Willem Dafoe est vraiment impeccable dans son rôle et les traits de son visage collent à la perfection avec l’idée de ce qu’on se fait du peintre. Il lui apporte tellement d’émotions dans ses contemplations qui ne sont que vibrations. On vibre avec lui. Il a une vision du monde sombre du monde sombre qu’il illumine avec les couleurs de ses toiles toutes en contraste avec le personnage et en même temps le plus fidèle reflet de son âme. On aime voir Dafoe en contemplateur. La peinture est alors un échappatoire qui lui fait profiter de la vie et en même temps une course contre le temps puisque chez Van Gogh tout doit aller très vite. La discussion avec le prêtre incarné par Mads Mikkelsen est brève mais d’une grande intensité ! Il suffit de voir le regard de Dafoe qui est incroyable. On n’est décidément pas du tout fan du personnage de Gauguin, dont la fiabilité en amitié est discutable en n’apportant rien de très positif à Van Gogh qui ne semble jurer que par lui. Un film intéressant et qui pose la question de ce qu’est vraiment la folie. Disponible sur Netflix.

Bande-Annonce :

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 > >>