Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Blackbird

Publié le par Lulu Cineaddict

Blackbird

Lily est atteinte d’une maladie dégénérative et a décidé de mettre fin à ses jours à sa manière, selon son programme et un dernier Noël, entourée de ses proches avant de perdre le contrôle d'elle même par la maladie. Il y a son mari, Paul, ses deux filles Jennifer et Anna et leur compagnon et compagne respectifs Michael et Chris, puis Jonathan, son petit fils ou encore Liz sa meilleure amie. Pendant le court lapse de temps qu’il reste, chacun y va de sa vérité. 

Le film défend le fait que chacun devrait être libre de choisir de pouvoir mourir dans la dignité. Un sujet encore sensible, complexe, voir tabou mais qui mérite qu’on s’y intéresse. L’histoire est touchante, c’est toute une famille qui se dévoile petit à petit. Sam Neil est bouleversant par son personnage de son soutien. Il y a aussi les souffrances profondes qu’Anna a tu pour ne pas paraître moins forte qu’elle n’est.

Kate Winslet est aussi touchante en maniaque du contrôle qui apprend à se lâcher. La fête de Noël est importante. Le film est bien mais j’ai été choquée à la fin quand les filles tiennent le verre de leur mère avec elle. Ça m’a fait un drôle d’effet. Le geste m’a gênée. Kate Winslet est à peine reconnaissable physiquement. Mia Wasikowska à un rôle qui a beaucoup à dire et il faut dire que ça faisait longtemps qu’elle n’avait pas eu de rôle aussi important. Chris est très présente pour Anna. Liz est aussi touchante. On a vraiment un très beau casting.

Bande-Annonce:

Partager cet article
Repost0

Outsiders

Publié le par Lulu Cineaddict

Outsiders

Outsiders, c’est l’histoire de bandes rivales, des Greasers et des Socs dans les années 60. La guerre des classes sociales fait rage. Ponyboy et Johnny sont un peu à part et rêvent d’autre chose. Ponyboy rêve d’étude et de littérature avec Autant On Emporte Le Vent. Johnny a les mêmes espoirs mais tout est remis en cause lorsqu’il tue un Socs par légitime défenses. Les deux adolescents prennent la fuite par peur des représailles. Leur vie prend un autre tournant inattendu lorsqu’ils sauvent des enfants d’un incendie d’une église condamnée où ils avaient pris refuge. Ils sont alors considérés comme des héros. Johnny est mortellement blessé mais les Greasers sont bouleversés à jamais par les événements.

Ce film est très touchant car on a l’occasion de voir de futurs grands acteurs débutants comme Ralph Macchio ( trop vite tombé dans l’oubli après Karaté Kid), Tom Cruise, Matt Dillon, Rob Lowe (trop rare), Patrick Swayze (qui manque tant aujourd’hui) pour ne citer qu’eux. L’histoire des enfants finit par émouvoir par le message de Johnny. Lui, disant à son ami d’être comme de l’or. Il y a une belle référence à un poème L’Or n’est en rien éternel, de Robert Frost qui rend les petites choses précieuses et éphémères. Il y a un vrai message positif pour la jeunesse qui devrait voir le film entre le collège et le lycée. C’est du grand Coppola. Et puis Rob Lowe est bouleversant quand Sodapop retrouve ses frères à la fin. On adore la musique de Stevie Wonder.

Bande-Annonce :

Partager cet article
Repost0

Des Hommes et des Dieux

Publié le par Lulu Cineaddict

Des Hommes et des Dieux

Des Hommes et des Dieux raconte l’histoire des moines de Tibhirine en Agérie qui ont consacré leur vie non seulement à leur tâches quotidiennes mais aussi à l’aide de leurs voisins musulmans en harmonie jusqu’à ce que des attaques terroristes sévissent dans la région et qu’ils soient enlevés et exécutés en 1996.

Leur histoire est émouvante au possible et il y a un véritable devoir de mémoire à faire. Ces moines on tellement donné alors qu’ils auraient pu partir avant que la situation ne se dégrade totalement. Mais pour eux, leur place était là et il n’était pas question d’abandonner quiquonque. Les mots manquent à la fin du visionnage. Les acteurs sont fantastiques et on est ému par Michael Lonsdale et le regard de Jacques Herlin. Il n’y a juste qu’à Lambert Wilson en qui on ne croit plus depuis ses propos tenus après les Césars ... Le film est profond et nécessaire et je suis marquée à jamais par les regards échangés lors du repas sur la musique du Lac Des Cygnes. Bouleversant.

Bande-Annonce :

Partager cet article
Repost0

Chambre avec vue

Publié le par Lulu Cineaddict

Chambre avec vue

Lucy et Charlotte séjournent à Florence dans une Pensionne quand leurs voisins de table les Emersson leur propose d’échanger leur chambre qui elle dispose d’une vue. Alors que Charlotte s’offusque de la proposition, Lucy décide d’accepter. Le séjour se passe agréablement jusqu’au jour où Lucy et George assistent à un meurtre qui va les bouleverser. Le temps des séparations arrive pour George et Lucy. Lucy est promise à Cecil Vyse.  Mais va-t-elle se contenter d’un mariage de convenance alors que l’amour passionné de Georges lui tend les bras ?

Ce film est un petit bijou de classicisme. On adore les personnages. La prestance de Daniel Day Lewis est remarquable. Le personnage de Lucy est très moderne car elle ne manque pas de caractère et aime l’indépendance. On adore le brin de folie de George qui le rend original. Maggie Smith en confidente est remarquable. Judi Dench en écrivaine troublionne est attachante. On se demande pourquoi Julian Sands n’a pas fait une carrière plus importante par la suite parce qu’il avait vraiment tous les atouts pour réussir. Ce film est une vraie réussite. Un vrai bonbon. On attachera dorénavant plus d’importance à la filmographie de James Ivory. C’est amusant de voir Helena Bohnam Carter jouer toute jeune.

Bande-Annonce :

Partager cet article
Repost0

Ondine

Publié le par Lulu Cineaddict

Ondine

Ondine a droit à une rupture de la part de Johannes  dans un café et le supporte très mal. S’il la quitte, elle lui promet la mort. Elle doit prendre son poste et lui demande de l’attendre. Ce qu’il ne fera pas. En retournant au café, elle rencontre Christoph, et c’est le coup de foudre mais cela se solde par un accident d’aquarium qui éclate sur eux. Où leur histoire va les mener, c’est toute la question qui se pose. La relation entre Ondine et Christoph est fusionnelle, mais pour autant Ondine va-t-elle réussir à oublier Johannes sans qu’il y ait de dommages irréparables. On n’est pas à l’abri de quelques surprises.

Le film est une surprise totale car il joue avec les genres, on est tantôt dans le thriller, la romance, et le surnaturel. Les acteurs sont fantastiques. On avait déjà repéré Paula Beer dans L’Oeuvre sans auteur et là elle nous bluffe encore en passant dans tous les états. Il est beaucoup question d’amour toxique. Le romantisme vient de la part de Christoph qui bouleverse complètement avec son lien très spécial avec Ondine qui n’est pas pour autant de suite réciproque. Le film prend vraiment une tournure étrange et encore plus romantique à la fin. Même si on a plus d’empathie envers Christoph qu’envers Ondine. Franz Rogowski a un je ne sais quoi qui fait penser à Joaquin Phoenix. C’est la découverte du film. Ce film est un vrai coup de cœur. Original.

Bande-Annonce :

Partager cet article
Repost0

Antebellum

Publié le par Lulu Cineaddict

Antebellum

Antebellum nous raconte l’histoire d’Eden (Véronica) ou comment elle a été réduite à l’état d’esclavage ...

L’histoire fait froid dans le dos et on ne peut pas trop révéler de l’intrigue qui est savamment menée comme un puzzle dont on acquiert les pièces au fur et à mesure que l’on avance dans l’histoire qui fait bien flipper. Le scénario est excellent. Fait par les producteurs de Get Out et Us. Aussi cauchemardesque. Janelle Monae est exceptionnelle en femme forte qui dérange certains. Je ne dévoilerai rien de plus sur l’intrigue si ce n’est qu’on nous balade sur deux époques et on n'y voit que du feu. On joue avec le présent, le passé et le futur. Ça rend la chose terrible et le problème du racisme est plus que jamais d’actualité. Ce film est un choc qui créé la surprise de bout en bout. Un choc nécessaire. Le film fait écho à 12 Years a Slave. William Faulkner est mentionné dans le film et disait avec raison : Le passé ne meurt jamais. Ce n’est même pas le passé. 

Bande-Annonce :

Partager cet article
Repost0

Black Panther

Publié le par Lulu Cineaddict

Black Panther

T’Challa revient à Wakanda pour devenir roi et prendre la succession de son père qui vient de décéder. Il va pouvoir compter sur l’aide de sa sœur et de sa mère pour montrer qu’il est digne de sa fonction et le légitime Black Panther capable de maintenir l’harmonie entre les tribus. Le débat est de savoir s’il faut maintenir le secret du vibranium déjà convoité ou de le partager avec le reste du monde. Un secret de famille éclate et semble mettre toutes les certitudes de T’Challa qui n’aspire qu’à être le meilleur des rois.
 

Quelle émotion au sortir du film que j’ai pu voir grâce à la diffusion de TF1 alors que je l’avais manqué en salle en péchant  par mon ignorance, au point d’être à l’époque peu convaincue par le projet. Et pourtant le film fut un succès colossal  en salle. Le film a été récompensé aux Oscars. Et maintenant que j’ai vu le film je comprends mieux pourquoi ! Ne jamais se fier à des intuitions sans avoir vu un film pour juger, telle est la leçon. La tragique disparition de Chadwick Boseman change inévitablement  la dimension du film. Il faut dire que l’acteur avait pris les directions artistiques des plus intéressantes avec le temps. Boseman avait vraiment tout pour lui et n’a jamais choisi ses rôles forts avec sens et valeurs. Rendons lui l’hommage qu’il mérite parce qu’il laisse un magnifique héritage tout en soulignant qu’il n’y a pas eu que Black Panther pour lui. Cela dit, Black Panther livre un message tellement important. Un message universel d’espoir, de générosité, d’altruisme aux plus démunis, tellement positif. Ce film envoie un message fort à la communauté noire trop souvent exclue mais va aussi plus loin. Il touche tout le monde. Le casting au complet est top. C’est le Marvel le plus réussit et le plus profond et en plus il fait évoluer les personnages dans un univers riche et en allant loin dans les innovations qui offrent leur part de rêve. Chadwick Boseman va laisser un grand vide tant il était prometteur mais peu d’acteurs peuvent être si fiers d’un magnifique parcours. Wakanda Forever !

Bande-Annonce :

Partager cet article
Repost0

La poursuite impitoyable

Publié le par Lulu Cineaddict

La poursuite impitoyable

Bubber Reeves s’est échappé de prison et est accusé de faits qu’il n’a pas commis par l’opinion publique. Le shérif Calder, convaincu de son innocence, va mettre en œuvre tout ce qu’il est possible de faire pour éviter que la situation ne vire au drame. Le problème est qu’il se trouve bien seul contre toute une population. Le soutien des Rogers et d’Anna sera-t-il suffisant ?

Un film des années 60, qui me paraît encore criant d’actualité puisqu’il parle d’injustice, de condamnation à tort, sur toile de fond de la ségrégation sur les personnes noires. Le triste constat est que la société n’a pas tant évolué depuis le temps et que cela fait naître un sentiment de révolte. On a droit à un grand casting, avec un grand Brando qui joue un personnage aux belles valeurs à défendre. C’est un film important. 

Bande-Annonce :

Partager cet article
Repost0

Serpico

Publié le par Lulu Cineaddict

Serpico

Franck Serpico, policier, se fait tirer dessus et le film nous raconte toute son histoire, et son intégrité pour lutter avec peu de moyens contre un système pourri jusqu’à la moelle.

Un film avec un Al Pacino comme on les aime. Je n’ai pas vu Le Parrain, mais on adore le côté bon samaritain de Franck qui est fidèle à lui même coûte que coûte. Bien plus gratifiant à mes yeux qu’un rôle dans Le Parrain qu’on a du mal à avoir envie de voir pour l’instant. On est scotché par les tournures que prend l’enquête et qui vont très loin. On a l’avantage de la suivre sur plusieurs années et l’ont voit l’impact que le métier a sur sa vie privée du protagoniste avec tous les risques qu’il encourt. Le plus dur est que très rares sont les personnes à qui il peut se fier. En refusant de prendre part aux affaires de ses collègues et l’argent qui lui est proposé, Serpico se met de plus en plus à mal. Le résultat est haletant et remarquable et donne envie de se plonger plus au coeur de la filmographie du grandiose Al Pacino que l’on affectionne par-dessus tout dans la mini-série Angels in America. Serpico fait du bien je trouve, par son côté optimiste malgré tout qui le rend précieux. Pacino joue avec son apparence (modifiée à de multiples reprise avec bonheur). Un très grand film à recommander chaudement.

Bande-Annonce :

Partager cet article
Repost0

Mission

Publié le par Lulu Cineaddict

Mission

Mission raconte le destin de Gabriel, frère jésuite qui monte une mission pour propager la parole de Jésus auprès des indiens Guaranis qui sont conquis. Le soucis est que San Carlos se situe à la frontière de l’Espagne et du Portugal qui veut agrandir son territoire. La mission, les indigènes sont menacés avec tout ses membres. Gabriel va échanger ses états de consciences avec Mendoza qu’il a pris sous son aile.

Le film est d’une violence. Deux hommes, deux visions diffėrentes face à l’adversité. Le parcours de Mendoza est incroyable parce qu’il passe dans tous les états. Ça le rend touchant. Gabriel dans la force de ses convictions, sa constance, l’est tout autant. Le résultat est bouleversant et il est important de se rappeler de la fragilité de la condition des indigènes qui résulte d’un vrai et terrible massacre humain. Il y a un devoir de mémoire essentiel fait avec avec justesse même si romancé par Roland Joffé avec un Jeremy Irons fantastique. La fin reste à jamais dans les mémoires. J’avais découvert le film au lycée avec ma professeur d’espagnol et ce fut un moment intense. 

Bande-Annonce :

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 > >>