Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

pascalearbillot

Le chemin du bonheur

Publié le par Marie Cineaddict

Le chemin du bonheur

Le chemin du bonheur, c’est l’histoire de Saül qui projette de faire le film de sa vie par son petit protégé, Joakin. Il a survécu enfant à la Shoah en Autriche en passant par la Belgique. Il tient un café-restaurant qu’il anime aussi au gré de sa passion pour le cinéma. Il tombe sous le charme d’Hannah projectionniste passionnée de cinéma comme lui.

On est tombé en amour pour ce film qui est plein de clins d’œils cinématographiques en passant par Truffaut, Godard, Kubrick, Scorsese, Spielberg entre autres lors des jeux de devinettes proposées par Saül avec à la clef des repas gagnés. Simon Abkarian confirme son statut de soleil. Son personnage est le lien qui réuni une vraie famille de passionnés et c’est beau ! 
Pascale Arbillot est particulièrement émouvante dans son rôle de projectionniste qui cache un lourd secret qui la ronge. Nous avons droit à un vrai spectacle au sein du Déli’. Ce film appelle aussi à trouver le chemin du pardon. On ressort les yeux écarquillés avec encore plus d’amour et d’envie de cinéma. Avec une pensée pour les cinémas d’arts et essais, ceux qui passent de vieux films. Avec des regrets que mon ancien cinéma le Colisée à Colmar ait fermé ( car il avait sa place, une belle place ).

Bande-annonce du film Le chemin du bonheur :

Partager cet article
Repost0

On sourit pour la photo

Publié le par Marie Cineaddict

On sourit pour la photo

Thierry apprend que sa femme le quitte et décide un plan de reconquête en décidant d’enmener femme et enfant en vacances en Grèce pour revivre leurs vacances de 1998. Est-ce que le plan va fonctionner ? La tournure des événements n’est pas ce à quoi il s’attendait.

Un film détente avec un Jacques Gamblin toujours attachant en père prêt à tout pour sa famille. Pascale Arbillot n’a pas le rôle facile comme elle joue celle qui quitte mais qui n’a pas pour autant la mémoire fugace. Mention spéciale à Agnès Hurstel qui est vraiment très drôle dans son personnage qui apprend à se lâcher sur le tard et qui a une belle évolution. Mention spéciale également à Ludovik dont le personnage passe de un peu lourd à carrément indispensable. Les évolutions de tous les personnages sont belles et bien écrites. Et oui, on ne peut que être entièrement d’accord : Notre meilleur souvenir, c’est le prochain. Très bonne maxime. On est conquis par le couple Arbillot-Gamblin. Quelle bonne idée de les réunir. Gamblin sait rendre attachant ses rôles de papa d’une manière unique. Il est vraiment formidable. Un agréable moment.

Bande-annonce du film On sourit pour la photo :

Partager cet article
Repost0

J'irai où tu iras

Publié le par Lulu Cineaddict

Vali veut passer des auditions pour être choriste de Céline Dion mais ne peut pas compter sur son père qui à un empêchement pour cause de première chimio. Au lieu de cela, il délègue sa place à sa soeur Mina. De là va naître une expérience qui va les rapprocher et leur permettre de se libérer de tous les non-dits.

Avec J'irai où tu iras, Géraldine Nakache retrouve sa comparse Leila Bekhti. On ne change pas une équipe qui gagne et qui a fait recette avec le film Tout ce qui brille. On les voit avec un plaisir retrouvé. La bonne surprise vient de Patrick Timsit qui est particulièrement émouvant dans un très beau rôle. On adore la musique du film de Camille qui vaut le détours et en particulier son titre Seeds. Le titre Babacar de France Gall donne lieu à de belles scènes. Céline Dion est ici prétexte à une toile de fond mignonne mais qui ne m'a pas plus intéressée que ça. L'importance est mise sur la préparation vocale. Les rapports familiaux priment dans l'histoire et c'est ce qui enrichi le film qui est bien réussi. Pascale Arbillot a aussi un rôle original en mère délaissée qui s'occupe de son Air BNB. Un chouette film.

J'irai où tu iras

Bande-Annonce :

Partager cet article
Repost0